Au tournant du siècle, les films de torture (un sous-genre dans lequel Maison de la terreur) avait un certain boom dans le cinéma commercial. Des films comme Jeux mortels (par James Wan, 2004) i L’auberge (par Eli Roth, 2005) sont devenus des jalons non seulement pour être des exemples efficaces de terreur, mais pour leurs scènes fortes qui ont eu un impact sur l’histoire. Les deux films mentionnés augmentent la tension autour d’éventuelles scènes dérangeantes.

Peu de temps auparavant, le réalisateur japonais Takashi Miike avait publié l’un des jalons du genre: Audition. Le film de 1999 est aussi angoissant que bon nombre de ses carrières d’auteurs grotesques. L’inconfort procuré par Miike n’est pas facilement digestible, mais il a la forme d’un allié, la conscience que ce n’est pas l’événement lui-même qui est le plus choquant, c’est comment il est montré et, encore plus, comment y arriver.

Avalez une fourchette

Maison de la terreur (disponible sur Amazon Prime Video), produit par Roth, a une prémisse intéressante, à partir d’une situation préparée, détaillée dans le titre national. Cette maison n’est pas une métaphore, mais un fait car c’est un lieu construit comme une sorte de train fantôme dans lequel les courageux se lèvent et se retrouvent à interagir avec des acteurs entraînés à provoquer la peur et la peur. C’est une véritable attraction qui, par exemple, existait dans le parc d’attractions Playcenter éteint (à São Paulo / SP et Olinda / PE) comme Castelo dos Horrores.

Il s’avère que le film, peu importe à quel point il incarne ce concept précuit, semble essayer de s’échapper à tout prix. Ce n’est pas qu’une œuvre de fiction doit être un portrait de la réalité, mais qu’elle doit respecter son propre univers. Ou mieux encore, tout d’abord, nous devons créer cet univers pour que le spectateur puisse avaler et accepter ce qui sera vu.

De cette façon, Aller après (titre original) peut impliquer peu (ou pas) de souci pour votre contenu. Il semble beaucoup plus que l’idée soit de se heurter, de provoquer la terreur, avec des scènes explicites, que de créer une tension que ressent le groupe d’amis emprisonnés. Un exemple peut-être plus clair de ce fait est un moment où Harper (Katie Stevens) voit le meurtre d’un ami: la caméra subjective (qui simule sa vision de Harper) témoigne d’une telle mort depuis un angle impossible à voir la fourchette du tueur frappe la victime. Ainsi, l’édition de Terel Gibson (de Mariage sanglant) coupe exactement l’outil cloué sur la tête de la personne: le choc est produit par le choc, sans aucune cohérence de forme ni adhérence au récit des images.

Caméra subjective Harper. (Image: Lecture / Amazon Prime Video)

Rampant …

Réalisé par Scott Beck et Bryan Woods (tous deux désastreux Veilleuse (Film 2016) suit cette ligne indigeste sans interruption, transformant un film qui est né, comme on l’a dit, précuit, en une pâte congelée. C’est parce que le premier ingrédient, le script, décide à peine si les personnages ont de l’intelligence ou s’ils sont complètement idiots. Jusqu’à ce que, au troisième acte, lorsque Harper s’échappe, la deuxième option est la dernière.

Coincé dans une pièce à la jeux de épuisement, la fille est traitée comme une taupe, des petites phrases écrites à l’envers qu’elle a besoin d’un miroir pour déchiffrer jusqu’au moment où, pour atteindre un objet sous le lit, elle décide de passer … sous le lit. Tout cela, bien sûr, est dilué par une tentative pratiquement risible de créer de l’appréhension jusqu’à ce que tout s’effondre pour de bon, ce qui ne prend pas longtemps: juste après cela, la fille est touchée dans l’épaule et commence à ramper. .. – comme si les jambes étaient touchées. Evidemment, c’est un chat qui s’adapte à la mort de l’agresseur actuel.

Qu’est-ce qui est écrit sur le mur? (Image: Lecture / Amazon Prime Video)
Tir à l’épaule après … (Image: Lecture / Amazon Prime Video)

Il en est ainsi dans le dernier tiers de Maison de la terreur que certains personnages laissés pour compte peuvent devenir totalement inoubliables. Mallory (Schuyler Helford), le premier de la société à avoir une fin tragique, ne devrait fonctionner qu’en tant que protagoniste inconscient du premier tour de l’acte. Cette impersonnalité du travail de Beck et Woods laisse chaque sujet comme un simple artifice pour le suivi du film. La construction d’une connexion ou toute simple identification avec le public est pratiquement nulle, ce qui signifie que les morts servent précisément et uniquement pour un impact visuel.

En fait, tout est si incohérent que Sam (Samuel Hunt), même s’il est décrit comme le petit ami violent de Harper, obtient l’air d’un héros puis d’un martyr pour parcourir des kilomètres pour aider après un message sur un téléphone portable. demander de l’aide. . Mais il y a une cohérence dans son attitude: la même méthode de taupe utilisée pour tirer l’intelligence du groupe initial est utilisée pour formater le cerveau (de Sam), qui n’a à aucun moment l’intention de communiquer l’appel à la police. .

Sam est sur le point de devenir un martyr. (Image: Lecture / Amazon Prime Video)

Après tout, Maison de la terreur il y a des morts choquantes, oui; il y a des scènes fortes, oui; et peut être divertissant s’il y a une volonté de se lancer dans une histoire sans cohérence ni plausibilité. Mais il est aussi inoubliable que le pauvre Mallory, et s’il est situé à côté Jeux mortels, L’auberge je Audition, il (s’il avait la vie) avait l’impression d’avoir reçu une balle dans l’épaule et de s’échapper en rampant … embarrassé.

* Ce texte ne reflète pas nécessairement l’opinion de Canaltech.

As-tu aimé cet article?

Abonnez-vous à votre adresse e-mail chez Canaltech pour recevoir des mises à jour quotidiennes des dernières avancées technologiques.